Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal d'une savonnière au naturel
  • Journal d'une savonnière au naturel
  • : Maman de jumelles & ancienne prof d'allemand, je me suis reconvertie à une vie plus verte à la campagne. Ce blog parle de notre vie au milieu des champs et de notre petite savonnerie naturelle :-)).
  • Contact

Recherche

Archives

11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 10:22
     SAPONARIA OFFICINALIS
     saponaire, Seifenkraut, soapworth, hierba jabonera.
     
      Elle fait partie de la famille des Caryophyllacées et
      on l'appelle aussi herbe à savon, herbe à foulon, saponière,
      savon de  fosse, savonnaire.
..
       Pline l'appelait Herba lanaria, l'Herbe au lainage.
    
     Selon Pierre Delaveau,
      le nom SAPONAIRE a été crée par des botanistes en 1562
      à partir de saponarius en latin tardif.
     
      C'est une herbacée très commune en France - elle pousse dans les   terrains humides et frais jusqu'à 1500 m d'altitude: au bord de l'eau,  dans les bois clairs, sur le bord des fossés, le long des champs.... 
Vivace par ses racines, elle disparaît chaque hiver pour réapparaître au printemps sous forme de vigoureux rejets de 40 à 60cm de haut.
Elles peuvent atteindre 1m de haut.
Selon L'herboriste Mulot, la saponaire contient beaucoup de Vitamine C.

Les fleurs: de couleur rose ou blanche, elles ont une odeur douce de framboise et de girofle. Elles se mangent en salade, autrefois on les utilisait aussi en brasserie.  Les fleurs séchées gardent un peu leur parfum, on peut les utiliser pour des potpourris.

Floraison:  à partir de juin jusqu'à la fin de l'été

Saponines: ce sont des détergents naturels qui adoucissent l'eau en même temps.
Racines (rhizome), tige et feuilles en contiennent, mais la plus grande concentration se trouve dans le rhizome. 
l'inconvénient de la richesse en saponines est leur toxicité importante qui peut aboutir à un arrêt cardiaque en cas d'ingestion accidentelle.  Heureusement, les intoxications à la Saponaire sont extrêmement rares, car elle est difficile à confondre avec d'autres végétaux comestibles et en plus elle a un très mauvais goût qui la rend immangeable.


Déterrez la plante en automne (ou en juin, selon l'herboriste Mulot), lavez soigneusement les racines, coupez-les en morceaux puis séchez-les au four ou sur un radiateur.  Ou achetez-les tout prêts chez un herboriste;-)


Utilisation en médecine:
Les médecins arabes l'utilisaient contre les dartres, les ulcères et même la lèpre.

Elle est un excellent dépuratif (= purifie et débarasse le sang des toxines) et elle est efficace contre  contre des maladies de la peau comme l'acné, le psoriasis et l'eczéma. 
L'application externe est d'un usage plus "serein" que l'utilisation en interne qui doit être préparé par un spécialiste en herboristerie à cause de sa toxicité.


Côté linge:
Bouillie dans de l'eau non calcaire, la saponaire donne un liquide savonneux pour nettoyer doucement les vieux tissus, dentelles ou tapisseries rares et délicates.
 
Ou on peut mettre les racines dans de petits sachets (comme du thé), les faire bouillir avec l'eau non calcaire et ensuite utiliser cette eau savonneuse pour laver le linge.

Le symbolique de la Saponaire:
- L'hygiène du corps et de l'esprit
- Offir un bouquet de Saponaire à quelqu'un c'est lui signifier qu'il doit prendre soin de lui.

La Saponaire dans la littérature:
Jean Giono décrit une belle scène de bain à la saponaire dans un rivière dans "Regain" (1930).
Quand je retrouve ce livre, je mettrai la citation ici... il doit être QUELQUE PART dans notre grande maison!

D'autres plantes à lessive
:
Le Lierre grimpant et le Marron d'Inde qui étaient jadis avec la Saponaire les plantes de prédilection des lavandières.


Sources:
B. Bertrand, "L'Herbier oublié - Secrets de plantes retrouvés", éd. Plumes de carotte, 2003.
L. Bremness, "Plantes aromatiques et médicinales", Bordas 2002.
M. Pierre/M. Lis, "Secret des plantes", 2004.
M-A. Mulot ,"Secrets d'une herboriste", éd. du Dauphin 1999.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thibault 12/06/2007 21:08

Bonjour et bravo pour votre très beau blog.
Ceci n'est pas un commentaire mais une simple question historique.
Vous écrivez que Pline (l'ancien je suppose) appelait la saponaire "Herba Lanaria". D'après mes recherches (traduction anglaise de son "Histoire naturelle" sur le web) ce terme se trouve effectivement dans son "Histoire Naturelle" et renvoie plutôt vers un autre de ses articles sur une mystérieuse plante qu'il appelle "radicula" ou "struthion" en grec dont l'identification semble discutée.
En effet la description qu'il en fait peut ressembler par certains côtés à saponaria officinalis mais pas sur tout.
J'aimerai connaître vos sources vous permettant d'identifier "herba lanaria" et saponaria officinalis.
Pardon pour cette intrusion purement historique.
Bien cordialement.

Ania 13/06/2007 00:05

bonjour Thierry, franchement, je ne sais plus. J'ai fait un amalgame de plusieurs sources que j'avais à la maison. Il me semble en ce qui concerne Pline que c'était sur une photocopie faite dans un livre (?). Dès que je remets la main dessus, je vous le poste ici - mais je ne vous promets rien, j'ai énormément de livres et de papiers partout *rire* et je suis débordée maintenant avant la saison touristique. Mais ce que vous promets c'est que ne l'oublierai pas;-)bien cordialementAnia -  qui serait bien contente aussi, d'apprendre de nouvelles sur l"Herba Lanaria" si vos recherches avancent à ce sujet.